Incroyables comestibles

incroyables-comestibles

Ca y est, les incroyables comestibles ont germé sur les pavés de Lille ! De jeunes pousses de tomates et de haricots cohabitent dans des bacs de terre, affublés d’une pancarte « Nourriture à partager ». Dans quelques semaines les Lillois n’auront qu’à tendre le bras pour les cueillir. Qui remercier ? Les incroyables comestibles, une nouvelle génération de planteurs frénétiques. Leur méthode est simple : planter des fruits, légumes et herbes aromatiques, les arroser puis les partager. Le tout, sans le recours des pesticides, insecticides et autres produits chimiques, bien sûr.

Le mouvement vient tout droit de Grande Bretagne. De Todmordem, plus précisément, une ville ouvrière du Yorkshire, frappée par la crise économique et plongée dans le chômage. Décidés d’engager un retour aux sources, les habitants se lancent en 2008 dans la culture de produits locaux. Une poignée de volontaires commence ainsi à planter du maïs devant le poste de police, la caserne des pompiers et des pommiers dans les jardins publics. Leur mouvement prend rapidement de l’ampleur, les bacs de potager en « self service » bourgeonnent et des espaces pour former les jeunes à la culture du potager voient le jour. Chaque année, les villageois organisent une grande fête où les cuisiniers mitonnent des petits plats « made in Todmodern ». La démarche fait grand bruit, au point de pousser le Prince de Galles à faire le déplacement pour rencontrer ces incroyables comestibles – incredible edible, en anglais -. Et ils ne souhaitent pas s’arrêter là. D’ici 2017, ils espèrent que leur village atteigne l’autosuffisance alimentaire.

Si l’objectif semble encore lointain, le mouvement a traversé les frontières pour s’essaimer un peu partout dans le monde, comme en Australie, à Hong Kong ou encore au Qatar. La France s’avère une terre particulièrement fertile. La première initiative a été lancée en janvier dernier par un petit groupe de militants écologistes. Depuis, le mouvement se répand à toute allure. La page facebook Incredible Edible France recense près d’une nouvelle initiative par jour.

Ci-dessous la carte des initiatives des incroyables comestibles dans le monde :

Capture d’écran 2013-05-29 à 14.12.21

 

 

L’avion qui carbure au soleil

Non ce n’est pas une soucoupe volante qui a traversé la nuit du Texas la semaine dernière mais le spectacle a dû en surprendre plus d’un ! Bien que parfaitement identifié, l’objet d’une envergure de 60 m, équivalente à celle d’un Boeing 747, n’en est pas moins impressionnant. Il s’agit en réalité du prototype d’avion solaire le plus performant du moment : le Solar impulse. Pas une seule goutte de carburant ne l’a alimenté pendant son voyage. Les 200 m² de cellules photovoltaïques répartis sur les ailes et l’arrière de appareil suffisent au fonctionnement de ses quatre moteurs de seulement 10 chevaux chacun. En plein vol, lorsque les rayons du soleil tapent sa surface, l’avion fait le plein d’énergie et emmagasine le surplus dans des batteries pour le restituer la nuit.

Capture d’écran 2013-05-30 à 10.07.54Après un décollage à Phoenix, l’appareil s’est posé en douceur sur la piste de Dallas. Le record est battu. Jamais un avion solaire habité n’avait réalisé un vol aussi long. Les deux co-fondateurs du projet et pilotes suisses, Bertrand Piccard et André Borschberg, poursuivront leur voyage en trois étapes jusque New York.

Jolie prouesse. Toutefois, les panneaux solaires sont encore loin de venir se loger sur les ailes des avions de ligne. Pour le moment, la technologie ne peut transporter qu’un seul voyageur (le pilote !). Ainsi, à chaque étape de leur parcours, les deux Suisses coupent la poire en deux. L’un aux commandes, la tête dans les nuages. Le second rejoint le point de rendez-vous par la terre.

Mais leur ambition est de montrer aux citoyens les possibilités qu’offrent les énergies renouvelables et de les promouvoir de manière attrayante. Pour ce faire, chacune de leur escale dure au minimum 10 jours. Le temps d’attirer les curieux.

Leur voyage n’est pas terminé mais Bertrand Piccard et André Borschberg pensent déjà à leur prochain périple. En 2015, les deux hommes prévoient de réaliser un tour du monde à l’aide d’une version améliorée de leur appareil.

 

Pour plus d’informations et suivre les prochains vols en direct c’est ici

 

Istanbul : l’opposition au gouvernement passe par les arbres

Le calme est revenu en ce matin du 1er juin à Istanbul. Ces trois derniers jours, la ville a été le théâtre de violents affrontements entre des milliers de personnes et les forces de police. La raison : le gouvernement prévoit de déraciner les arbres de la place de Gezi, un espace vert situé au dessus de la place Taksim, en plein centre de la ville pour y reconstruire les casernes de l’armée Ottomane abritant un centre commercial géant, détruites en 1940.

Capture d’écran 2013-06-02 à 23.01.44

Crédit : Lemonde.fr

Des militants avaient planté leurs tentes mardi dernier au milieu des arbres pour s’opposer contre ce projet. Des milliers de citoyens, venus témoigner leur solidarité, les ont rejoint. Au total, plusieurs milliers de personnes étaient réunies dans ce parc d’un quartier symbolique. C’est ici que les citoyens ont coutume de se réunir pour crier contre le gouvernement, mais c’est aussi un lieu festif, plein de vie.

Jeudi, les forces de l’ordre ont déboulées avec leurs armes et fumigènes et déployé une grande violence pour déloger les contestataires :

« Un de nos amis s’était accroché à un arbre, ils l’ont roué de coups, il doit être opéré des testicules »

Selon Le Monde :

Le parc de Taksim a tout pour devenir le point de départ d’une contestation inédite contre la politique du gouvernement de Recep Tayyip Erdogan. L’opposition l’a vite compris. Plusieurs députés, dont le chef du Parti républicain du peuple (CHP), Kemal Kiliçdaroglu, sont venus se montrer. Même au sein de la majorité, le projet attire des critiques.

Des dizaines d’autres projets d’urbanisation sont prévus. C’est le cas du troisième aéroport, annoncé comme le prochain plus grand aéroport au monde, et de la panoplie d’infrastructures pour accompagner les JO de 2020, auxquels Istambul est candidate.

Un témoigne de la situation en Turquie ici : What is happening in Istanbul 

Quand Cousteau débattait sur le réchauffement climatique

Drôle de débat lorsqu’on écoute avec nos oreilles rompues au réchauffement climatique des arguments vieux de trente ans.

« Ooooh c’est un baratin ça. L’histoire du CO2, c’est entendu, c’est vrai on en fabrique beaucoup, mais il y a quand même des correcteurs automatiques. »

Voilà la réponse du Commandant Cousteau aux explications du vulcanologue Haroun Tazieff, lui même pas très sûr de ses chiffres, lorsqu’il explique l’augmentation de l’effet de serre sous l’action de l’homme.

Pour Cousteau, la solution pour limiter l’effet de serre serait de planter des arbres en même temps que l’on utilise du pétrole !

L’article de Terra eco montre un extrait vidéo dans lequel le commandant de la Calypso campe sur des positions qu’il serait difficile de tenir aujourd’hui. L’occasion de constater que les connaissances ont bien progressé en trente ans.

Capture d’écran cousteau

Bonne nouvelle pour les abeilles

Pour continuer dans la série abeilles, voici une nouvelle qui devrait satisfaire les apiculteurs européens. La Commission européenne a voté le 29 avril la suspension pendant au moins deux ans de trois pesticides couramment utilisés dans le monde de l’agriculture.

Selon l’EFSA, ces trois substances qui appartiennent à la famille des « neonicotinoïdes » participent à l’effondrement des populations d’abeilles et pollinisateurs sauvages en agissant sur leur système nerveux.

Cette restriction doit prendre effet le 1er décembre prochain. Après les deux années de suspension, la Commission pourra statuer sur son renouvellement, en fonction des nouvelles données scientifiques disponibles.